Le Blog du Dépanneur

Articles sur le dépannage et le bâtiment
crit'air

Depuis le 1er janvier 2017, il est devenu indispensable de se procurer une vignette Crit’Air. Considérée comme un « dispositif antipollution », la vignette a été mise en place par le Ministère de la Transition écologique dans le but de réduire l’impact du transport routier sur la pollution atmosphérique. De nombreuses villes – Grenoble/Lille/Strasbourg et leur métropole, mais aussi Paris et ses couronnes notamment – étouffées ou subissant de plein fouet les conséquences des pics de pollution ont alors rendu obligatoire la pastille pour tous les véhicules à moteurs terrestres, qu’il s’agisse d’un particulier ou d’un professionnel. Elles ont surtout créé deux types de zones environnementales dont les modalités d’accès et les conditions de stationnement diffèrent d’une ville à l’autre. Un dispositif à ne pas prendre à la légère tant le manquement aux règles de restrictions prises par la collectivité ou regroupement de communes, l’absence de vignette voire également l’apposition sur le pare-brise d’une vignette ne correspondant pas aux critères du véhicule est passible d’une amende, allant de 45 à 750 selon le cas et le véhicule. Toujours est-il que ces zones sont au nombre de deux : les zones à circulation restreinte et les zones de protection de l’air. Gros plan sur ces zones qui font de plus en plus partie du paysage français.

Les zones environnementales mises en place

En France, il convient de faire la distinction entre les zones où la circulation est restreinte en permanence et, les zones où ces restrictions sont activées de manière temporaire.

Les zones dites « à circulation restreinte »

Également appelées « ZCR », il s’agit de zones environnementales dont les règles sont appliquées de manière constante. Il s’agit dans la plupart des cas des centres-ville. Seuls certains types de véhicules sont alors autorisés à circuler. Pour le savoir, il convient alors de se rendre auprès de la mairie pour en connaître les modalités d’accès – jours et horaires – et surtout de disposer de l’un des numéros de vignette sur son pare-brise. En effet, chaque ville ou groupement de communes, déterminent les catégories de vignettes autorisées à circuler dans la ZCR. Dans tovéhiculesus les cas, une chose est sûre, les véhicules les plus anciens et surtout les plus polluants y sont totalement exclus. Fort heureusement, un panneau à l’entrée de la zone rappelle les conditions d’accès, et ce, indépendamment des conditions météorologiques.

Exception cependant, si la ZCR se trouve dans le champ d’application d’une ZPA, les interdictions de la ZPA s’appliquent à la ZCR. Une fois l’alerte pollution finie, les restrictions propres à la ZCR redeviennent d’actualité.

À noter que d’année en année, la réglementation peut évoluer et être renforcée.

Les zones dites de « protection de l’air »

Également appelées « ZPA », les règles de circulation et/ou de stationnement s’appliquent de manière ponctuelle. Elles le sont lorsque les conditions climatiques sont mauvaises, mais aussi en cas de forte pollution atmosphérique, lorsque le taux de pollution défini est dépassé. Et surtout, seulement après que le préfet ait par arrêté préfectoral, mentionné les modalités de mise en place d’une ZPA ainsi que les réglementations applicables. Elles sont donc annoncées la veille pour le lendemain. Les zones de protection de l’air sont définies et peuvent couvrir le territoire d’une métropole ou une aire géographique plus restreinte.

Les zones de protection de l’air départementales « ZPAd »

En marge des deux zones existantes, les ZCR et ZPA, il existe également des zones de protection qui concerne l’ensemble d’un département : les zones de protection de l’air départementales communément dénommées ZPAd. Là encore, seul le représentant du département active les mesures nécessaires – restrictions de circulation à certaines catégories de vignettes Crit’Air, axes routiers ou zones géographiques concernées – au cas par cas et ce, en cas de défaut de qualité de l’air autrement dit de pic de pollution atmosphérique.

Pour rappel, il existe six catégories de vignettes Crit’Air dont la classification diffère s’il s’agit d’un véhicule particulier, d’un deux roues, de poids lourds ou d’un véhicule utilitaire.  Certains types de véhicules en sont néanmoins exemptés de par la loi. Il s’agit notamment des véhicules de secours, des véhicules destinés aux personnes à mobilité réduite, des véhicules de collection. Les véhicules immatriculés avant le 1er janvier 2017 ou les deux roues mis en circulation avant le 1er janvier 2000, sont trop âgés et ne peuvent se voir attribuer une pastille écologique, la vignette Crit’Air.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.